2012 ICE AGE, ze critique

Je n’écris pas souvent pour parler d’un film mais lorsqu’il est aussi mauvais que celui-ci, je ne peux m’en empêcher.

Ce trailer vous a plu ?
J’espère, parce qu’aujourd’hui je vais vous parler de « 2012 Ice Age« (je pense que vous l’aviez deviné). J’avais décidé de regarder ce film pour rester dans l’ambiance de la météo de ces jours. Je pense pouvoir placer cette idée sur la liste des top fails de ma vie.

Rien qu’en lisant le titre on peut deviner le scénario, et ça c’est déjà fort.
Le film parle donc d’une catastrophe naturelle (un glacier qui entre en éruption, qu’on se le dise) qui touche le Canada et qui redescend le long des États-Unis. Oui, comme dans tous les films, la seule partie du monde touchée, c’est les U.S.A.

Bref. On va commencer par ce qui devrait être le point fort de ce genre de film, les effets spéciaux :
Je pense (et je suis sérieux) que même avec absolument aucune connaissance dans ce domaine, je suis capable de faire de meilleurs effets spéciaux avec Paint. Le film aurait pu s’appeler « Le film qui devrait avoir des effets spéciaux de ouf car c’est uniquement pour ça que les gens vont le voir mais qui, en raison d’un budget négatif, à dû confier ce travail à un stagiaire. »
Le pire dans tout ça c’est que si à la limite ils n’avaient mis que quelques effets par ci par là de temps en temps ça aurait pu passer. Mais non, il a fallu qu’ils fassent en sorte que ceux-ci composent 90% du film.

Ça, c’était la première raison pour laquelle ce long-métrage est pire qu’un film expérimental français.

La seconde raison est bien simple : le film n’a simplement aucun scénario. Je n’ai jamais vu un film avec un tel néant d’originalité. Vous prenez « Le Jour d’Après« + »2012″ vous mixez tout ça mais vous ne gardez que le mauvais et voilà, toutes mes  félicitations, vous venez de crafter un « 2012 Ice Age » !
Voici un résumé complet du film :

C’est l’histoire d’un père (Bill) divorcé (de Teri) et de ses 2 enfants (Julia et Nelson). Bill amène sa fille à l’aéroport parce qu’elle veut aller voir son copain à New York. A peine dans l’avion, on apprend qu’une catastrophe vient de se dérouler en Arctique ; un glacier vient de rentrer en éruption (are you fucking kidding me ?) et que celui-ci « glisse » à plus de 300km/h en direction de… (attention tenez-vous bien)… NEW YORK ! AMAZING !

Bill, hyper courageux mais surtout hyper con, décide alors d’aller chercher son ex-femme (je ne vais décidément jamais comprendre ce rituel d’aller chercher sa famille alors que le monde est en train de couler, SENS DES PRIORITES, MERDE !) pour ensuite aller chercher sa fille pour finalement descendre au Sud afin d’éviter de se faire pwned par un glacier de 50m de haut.

Donc en gros tout le film se passe dans une voiture, ils évitent le glacier de justesse à chaque fois et finissent par arriver à New York (dingue) où Bill retrouve sa fille en gueulant 2 ou 3 fois son prénom. Heureusement que New York n’est pas une des villes les plus grandes du monde, ils auraient galéré à la retrouver sinon. 

Au final, le glacier engloutit la ville mais eux sont les seuls à survivre parce que c’est des ninjas et que des glaciers ils s’en font tous les jours au petit déj’. Finalement, les ricains font péter le glacier à coup de bombe atomique et nos héros finissent dans la Statue de la Liberté où ils remarquent qu’il n’y a plus rien sur terre et que… FIN ! LE FILM S’ARRÊTE NET ! QUE DALLE ! NADA ! GENERIQUE !

Troisième raison qui fait que ce film est une bouse galactique : Le jeu d’acteur.

Je ne critique (quasiment) jamais le jeu d’acteur lorsque je regarde un film car je me dis toujours « oui bon, ils sont quand même meilleurs que moi… » mais là… NON ! PUTAIN DE BORDEL DE CHATTE, JE JOUE MIEUX QUE TOUS LES ACTEURS REUNIS DE CE FILM !  Absolument aucune expression sur leur visage, aucune personnalité et pour achever le tout ; le doublage français (oui j’ai regardé un film US en VF…) est absolument ignoble. Je ne suis pas loin de la vérité si je vous dis que « 2012 Ice Age » est meilleur sans sans le son.

Pour finir, 4ème bonne raison de ne jamais ne serait-ce que penser imaginer regarder ce film. LES REPLIQUES :

TOP 3 de la crème de la crème :

Nelson, l’ado hyper doué en informatique (comment ça un cliché ?) est complètement dans son monde, il est donc un peu rebelle et balance des phrases qui choquent sa maman. Je n’ai retenu que la meilleure :

Numéro 3 : « Il fait noir comme dans le cul d’un rat. »

Alors en plein pilotage d’un petit avion, Bill (oui car comme tous les pères de famille américains, Bill sait tout faire) intrigué par un nuage d’environ 50km de haut (transpercé par des milliers d’éclairs) dit tout simplement d’un air absolument sérieux :

Numéro 2 : « Ce nuage n’est pas normal. » 

Tout ça pour que son ex-femme renchérisse « Oui tu as raison, ce nuage n’est pas normal… ». MAIS PUTAIN, C’EST UNE BLAGUE ?! QUI A ECRIT CE SCENARIO ?!
EDIT : je viens de trouver la vidéo de ce passage mythique !

Place au number one maintenant, je dois vous avouer que je ne savais franchement pas si je devais rire ou pleurer en voyant ce passage du film : Notre jolie petite famille vient donc de traverser le nuage « pas normal » et finit par s’écraser sur une piste d’atterrissage parce que Bill a merdé. Evidémment, ils s’en sortent sans problème (ok j’avoue, Bill a quand même une écorche sur le front). Et c’est là qu’une gonzesse (personne ne sait d’où elle sort) se pointe et leur demande (attention EPIQUE) :

Numéro 1 : « C’est vous qui venez de vous écraser ? »

S’il vous plaît… dites-moi que c’est une blague, dites-moi que ce film a été réalisé par des apprentis charpentiers… s’il vous plaît… MAIS COMMENT PEUT-ON IMAGINER PLACER UNE TELLE QUESTION DANS LE SCENARIO ?! Ils sont seuls à des milliers de km il n’y a aucun autre avion dans le ciel, TU VEUX QUE CA SOIT QUI D’AUTRE QUI S’ECRASE, CONNASSE ?!

Fiou, pardonnez-moi je m’emporte. C’est juste que je me demande comment on peut encore servir un tel film de nos jours. Je vais quand même le noter comme je le fais dans chacun de mes articles « cinéma » (je crois que j’en ai fait 2…) :

2/10 100 

Je mets 1 points pour les répliques qui m’ont vendu du rêve. Et 1 point pour… je ne sais pas, de la gentillesse.

Donc voilà, j’espère vous avoir donné envie de regarder ce film. Je vous donne même le LIEN TORRENT parce que je suis un chouette type.

Au revoir !